Répertoire

Gonneville, Michel

(1950-)

Résumé biographique

Professeur de composition et d'analyse au Conservatoire de musique du Québec à Montréal, Michel Gonneville a plus de 40 oeuvres à son catalogue.

Parmi ses dernières oeuvres, notons Le messager écrit pour l'Orchestre symphonique de Montréal et dirigé par Charles Dutoit lors de sa création.

La Fondation Émile-Nelligan a salué les qualités de l'ensemble de son oeuvre par le Prix Serge-Garant en 1994.

 

Suivre la trace, perdre le fil (création, 2000)

Michel Gonneville

Composée en parallèle à ma participation au grand projet de la Symphonie du Millénaire, cette pièce est basée sur le même matériel, soit l'hymne grégorienne Veni Creator.

Après transformation, il est resté de celle-ci quatre phrases mélodiques de 8 notes qui adoptent à peu près le contour des quatre phrases originales de l'hymne.

Pour le présent quatuor, la symétrie gouvernant le plaisir de la construction, toute une organisation basée sur le chiffre 4 s'est ensuite généralisée (quatuor oblige...): 4 parties de 4 sections (ou phrases) chacune; 4 types polyphoniques définis d'après le nombre de couches indépendantes, de 1 à 4; 4 tempi; 4 longueurs différentes pour les 4 phrases d'une partie; 4 densités d'ornementation pour chacune des 8 notes d'une phrase, etc.

Certains éléments de ces paramètres sont permutés, d'autres sont présentés selon un ordre fixe, d'où l'impression créée d'entendre quelque chose de reconnaissable d'une partie à l'autre, mais qui est suffisamment différent pour que l'on perde le fil

Suivre la trace, perdre le fil est aussi une pièce-plaisir : plaisir de la construction doublé de celui de s'être constamment représenté, en composant, le geste physique des membres du quatuor à cordes.

Le quatuor, ou l'intimité envahissante, puissante... J'y ai risqué une première contribution.

 

Quatuor Molinari 2009 tous droits réservés