Répertoire

Edwards, Wolf

(1972-)

Résumé biographique

Wolf Edwards a obtenu un baccalauréat en composition de l'Université de Victoria, où il a étudié auprès de Christopher Butterfield, Michael Longton et John Celona. Il s'est ensuite installé à Montréal pour parfaire ses connaissances en composition et analyse auprès de Gilles Tremblay. Il s'est vu octroyer en 2002 une bourse de recherche biennale par l'Université de Victoria où il a complété une maîtrise en composition et théorie musicales.

Edwards a été plusieurs fois récompensé à titre de compositeur. Outre le troisième prix du Premier concours international de composition du Quatuor Molinari, il a reçu le troisième prix du prix Jules-Léger de la nouvelle musique de chambre du Conseil des Arts du Canada (2003), le premier prix du Concours international de composition Cordes du Futur (Ottawa, 2001), le prix Sonic Boom (Vancouver, 2000), le Murray Adaskin Prize in Composition (Victoria, 1997). Ses oeuvres ont été présentées en Europe et en Amérique du Nord par des organismes remarquables tels que l'Ensemble contemporain de Montréal, l'Orchestre symphonique de Victoria, le Quasar Quatuor de Saxophones (Montréal), le Sofia Soloists Ensemble (Bulgarie), le Quatuor à cordes Arditti (Grande-Bretagne) et le Quatuor Molinari. Compte tenu de son travail marquant à titre de compositeur, il est fréquemment l'objet d'entrevues de la CBC, qui diffuse ses oeuvres sur une base régulière. Il vit et travaille présentement à Victoria (Colombie-Britannique).

Voir aussi

 

Island (2001)

Wolf Edwards (Traduction  : Marc Hyland)

Island est constituée de blocs que j’ai conçus indépendamment les uns des autres, afin de leur donner des propriétés distinctes. L’«identité» de chaque état varie selon l’agencement formel des divers éléments musicaux.

Formalismes
Le rythme est exploré de quatre façons différentes. Une des structures intègre certaines des idées avancées par le théoricien grec Aristoxène (v. 375-60 av. J.-C.) dans son ouvrage inachevé sur le rythme.

Elle est associée à un état plus stable où les durées sont exprimées exclusivement en doubles et en triples croches. Ces deux idées trouvent leur contrepoids dans une autre paire réunissant des notations de sons spatialisés et une construction sur des fragments rythmiques préexistants. Le matériau des hauteurs est dérivé de quatre séries de dimension et de structure variables. Les séries ne reconnaissant pas les équivalences d’octave, les répétitions de notes deviennent possibles au niveau structurel. Les sonorités évoluent fréquemment entre hauteur traditionnelle, timbre variable et échelles en quarts de ton. Elles servent, tout comme le rythme, à créer des contrastes entre les états musicaux.

Modèle
Mon intention était de concevoir une structure musicale ouverte où le formalisme serait présent sans toutefois avoir préséance. Les états, bien que relativement autonomes, y constituent un tout par le jeu d’interactions dynamiques. Ils sont en quelque sorte forcés de se partager un espace et doivent ainsi tendre vers l’harmonie. L’harmonie ne peut exister que par une médiation entre auto-détermination et communication. Une fois ces forces médiatrices mises en œuvre, les forces agissantes de n’importe quel(s) système(s) se verront sapées et remplacées.

Voir aussi

 

Quatuor Molinari 2009 tous droits réservés